Fiche N°9 – Structurer les données

1/12/2017 | Préparer les données

La fiche en bref

Dès la mise à disposition des données via le service DVF, une réflexion a été lancée sur leur organisation sous la forme d’un Modèle Conceptuel de Données. Cette représentation permet de structurer les données pour permettre la sécurisation de leur usage, la fiabilisation des traitements et le partage de procédures et d’expériences. Des applications logicielles sont également en cours de développement sur la base de ce socle commun.

Un important travail collectif, réalisé pendant plusieurs années au sein du Groupe national DVF, a permis d’arriver à un modèle de données stable, fiable et partagé. Des scripts ont été élaborés à partir de ce modèle pour permettre l’importation des données DVF en base de données, facilitant ainsi leur utilisation.

Véritable socle commun, ces scripts sont mis à la disposition de tous les utilisateurs qui peuvent les installer, les adapter puis les utiliser selon leur besoins et usages.

Le MCD

Le Modèle Conceptuel de Données est une représentation de l’organisation des informations et de leurs interrelations.

Les scripts

Les scripts permettent un import automatique des informations vers un logiciel de gestion de bases de données.

Les prérequis

La version actuelle des scripts DVF s’appuie sur des logiciels gratuits, mais requiert une compétence technique.

9.1 Qu'est-ce qu'un Modèle Conceptuel de Données ?

Un Modèle Conceptuel de Données (MCD) a pour objectif d’expliciter l’organisation des données qui seront utilisées par le système d’information. Il s’agit d’une représentation des données, facilement compréhensible, permettant de décrire l’information à l’aide d’entités. Le MCD permet de représenter la structure du système d’information, du point de vue des données, et définit également les dépendances ou relations entre ces différentes données.

Le modèle résulte de l’analyse conceptuelle des données, laquelle a pour but de chercher des réponses aux questions que peut-on faire et avec quelles données.

Il a ainsi deux vertus :

  • améliorer la compréhension de la base de données en en maîtrisant l’organisation et donc les possibilités d’analyse
  • faciliter le traitement des données grâce à la mise en place, sur la base du MCD, de scripts et/ou d’un logiciel
9.2 Le MCD développé par le Groupe national DVF

Dès la mise en place de DVF, les utilisateurs ont cherché à structurer les données au sein d’un modèle pour mieux les comprendre et mieux les exploiter. Les travaux autour de la création d’un modèle s’inscrivent dans un processus qui a débuté en 2011 à l’initiative du Groupe national DVF. Grâce à un travail collaboratif, un Modèle Conceptuel de Données (MCD) pour l’import des données natives de DVF a été produit et partagé collégialement par le groupe. Ce modèle est le résultat d’un partage d’une vision commune.

Le MCD proposé par le Groupe national a pour vocation de devenir le référentiel commun à tous les utilisateurs DVF. Face à la multiplication des modèles de données développés par chaque structure utilisatrice, il semblait opportun de se diriger vers une harmonisation en suggérant l’utilisation d’un modèle commun permettant des usages variés. Le schéma présenté ci-dessous est une synthèse du modèle à jour.

9.3 Du modèle de données aux scripts SQL

Afin de passer des fichiers bruts livrés par la DGFiP au modèle de données, trois scripts SQL pour PostgreSQL ont été réalisés sous licence libre. Ces scriptsont été développés dans le cadre du Groupe national DVF par le CEREMA et cofinancés par la DGALN et l’EPF Nord – Pas de Calais. Ils permettent d’importer à la fois les données principales de DVF mais également les données annexes descriptives de champs spécifiques.

Au final, 12 tables principales et 5 tables annexes sont créées en cohérence avec le modèle de données. Chaque structure doit adapter à son propre usage les scripts fournis. Les scripts ne sont pas forcément repris tels quels par tous mais restent un exemple et un modèle qui sert à tous comme une base commune de compréhension.

Extrait du script SQL « 00_creation_base_vide.sql »

LIMITE
Les scripts restent un outil technique difficile d’accès. Ils peuvent être considérés comme trop complexes par les utilisateurs ne maîtrisant pas les logiciels nécessaires. Des solutions ont été développées pour en faciliter l’usage.
9.4 Quels prérequis pour utiliser les scripts ?

9.4.1 Disposer de la dernière version des scripts

Les scripts SQL peuvent être téléchargés sur le site du Cerema Nord Picardie : http://www.nord-picardie.cerema.fr/facilitez-vous-l-integration-des-donnees-demande-a972.html

9.4.2 Disposer du logiciel de gestion de bases de données adéquat

Le logiciel préconisé pour l’intégration des données DVF à l’aide des scripts est le système de gestion de bases de données libre PostgreSQL.

9.4.3 Maîtriser les compétences nécessaires

Même si l’intégration des scripts est décrite étape par étape par le Cerema, cette manipulation nécessite une maîtrise de la gestion de bases de données, des requêtes SQL et de l’utilisation du logiciel PostgreSQL.

LE SAVIEZ-VOUS ?
Un guide de déploiement a été élaboré par l’EPF Bretagne. Il est disponible en ligne sur le site du GnDVF, dans la rubrique téléchargement.
9.5 Le processus d'intégration des scripts

9.5.1 Mettre en œuvre l’import des données en 3 étapes

9.5.2 Précautions d’usages

ETAPE 1 : Le script « 00_creation_base_vide.sql » n’est à exécuter que la première fois pour créer la base vide. En cas de réexécution, la base DVF serait supprimée sans message d’avertissement.

ETAPE 2 : Trois lignes (bien indiquées dans le script) sont à modifier dans ce fichier afin de spécifier les noms et chemins des fichiers annexes. Les chemins d’accès aux données brutes ne doivent pas comporter de caractères spéciaux, espaces, signes de ponctuation, etc.

ETAPE 3 : Une ligne (bien indiquée dans le script) est à modifier dans ce fichier afin de spécifier le nom et chemin du fichier principal. Il ne faut importer qu’un seul fichier à la fois.

À NOTER
Sur un ordinateur récent, il faut compter moins d’une minute pour l’import d’un fichier départemental de DVF avec les scripts.
9.6 Aboutissement de l'intégration des scripts

L’exécution des scripts SQL permet le chargement des données DVF dans plusieurs tables de manière structurée, selon un modèle de données issu du MCD validé par le GnDVF (Ci-dessus, un extrait de la table Mutation).

Cette table a l’avantage de présenter une seule ligne par mutation et les mutations sont caractérisées, ce qui permet notamment d’effectuer aisément une typologie des biens concernés (voir Fiche N°8 – Typologie des biens).

9.7 Des scripts SQL à l'application ImportDVF+

Afin de faciliter l’intégration des données brutes DVF dans une base de données PostgreSQL, le Cerema a développé sous licence libre l’application Import DVF+. Cet outil s’appuie sur les scripts SQL (présentés au paragraphe 9.3).  Il permet donc d’importer les données en respectant le modèle de données validé par le Groupe national DVF.

Comme pour l’utilisation des scripts SQL, il est nécessaire de disposer du logiciel adéquat (PostgreSQL) et d’avoir la dernière version de l’application ImportDVF+.

ImportDVF+ s’intègre désormais dans une interface plus large appelée AppDVF.

La dernière version de l’application AppDVF est disponible sur le site : http://www.geoinformations.developpement-durable.gouv.fr/appdvf-un-outil-libre-pour-l-exploitation-de-dv3f-r1041.html

LE SAVIEZ-VOUS
L’application ImportDVF+ a été intégrée dans une application plus riche, également sous licence libre, appelée AppDVF.
AppDVF est une interface libre développée depuis 2017 par le Cerema et la DGALN. Elle réunit désormais toutes les applications développées par le Cerema et la DGALN pour faciliter l’exploitation des données DVF (voir également 9.8.2).
9.8 Les pistes d'amélioration et d'enrichissement

Le MCD, les scripts et l’application ImportDVF+ sont des outils efficaces pour traiter la base de données DVF. Néanmoins, ils sont perfectibles. Plusieurs réflexions et travaux sont en cours.

9.8.1 Evolution potentielle du MCD

L’appréhension de DVF s’améliore au sein de la communauté des utilisateurs et les usages se multiplient. Le MCD est donc amené à évoluer afin de prendre en compte le nouveau niveau de connaissance de la base de données et les nouveaux traitements envisagés.

La mise en place de nouveaux outils comme les scripts ou les logiciels questionne aussi le MCD et pousse à envisager sa mise à jour.

9.8.2 Amélioration prévue des scripts et applications existants

A la suite de l’envoi par les utilisateurs de retours d’expérience, le Cerema reprend au fur et à mesure les scripts et les applications pour les améliorer. Ces correctifs prennent en compte les erreurs et difficultés rencontrés par les utilisateurs dans l’intégration et dans le fonctionnement des scripts.

Le Cerema va ainsi livrer prochainement une version stabilisée de l’application AppDVF. Le concept repose sur l’intégration de nombreux indicateurs directement dans la table des mutations pour permettre aux utilisateurs d’accéder plus facilement aux données contenues dans DVF sans connaissance du langage SQL. Il sera possible alors d’utiliser la table directement via un tableur. Le fichier fera apparaitre une mutation par ligne.

Une version de test (bêta) de l’application AppDVF est en ligne depuis septembre 2017 à l’adresse suivante : http://www.geoinformations.developpement-durable.gouv.fr/appdvf-un-outil-libre-pour-l-exploitation-de-dv3f-r1041.html 

LE SAVIEZ-VOUS ?
L’EPF Bretagne a développé un complément aux scripts du Cerema pour proposer l’enrichissement de DVF. C’est une table qui permet l’insertion d’autres sources de données afin de les croiser avec DVF.

9.8.3 Poursuite du développement de logiciels sur le socle commun

Si aujourd’hui le développement d’un logiciel n’est pas la priorité du Groupe national DVF, le Modèle Conceptuel de Données constitue déjà une première étape vers la création de logiciels comme le montre le développement des applications ImportDVF+ et AppDVF.

Le modèle national et les scripts permettent aux éditeurs de logiciels de bénéficier des travaux de recherches menés par le Groupe national DVF (GnDVF). Ceux-ci sont un gage de stabilité, de fiabilité et de pérennité pour eux. Ils peuvent ainsi s’appuyer sur l’expertise du GnDVF pour développer des outils.

Quelques utilisateurs, comme Quelleville? ou l’EPF Bretagne, ont travaillé à l’élaboration d’un logiciel. L’objectif est de consulter et de valoriser les données DVF dans un environnement métier sans avoir à redévelopper une application.

9.8.4 Faciliter les enrichissements de DVF par d’autres données

La structuration des données DVF grâce au Modèle Conceptuel de Données et leur intégration dans une base de données facilite leur exploitation. Notamment, cela permet d’enrichir les données DVF par croisement avec d’autres sources de données : couches d’information géographique, fichiers fonciers du cadastre, zonages d’urbanisme, etc.

Plusieurs expériences vont dans ce sens. Par exemple, le Cerema a utilisé sa base des Fichiers Fonciers pour enrichir les données DVF dans une autre base appelée DV3F (DVF+Fichiers Fonciers).

Le croisement avec l’information de la géographie des parcelles permet ainsi la représentation cartographique des mutations enregistrées dans DVF. Cet usage particulier est détaillé dans la Fiche N°10 : La spatialisation des données DVF de ce guide.

9.8.5 Le rôle du Groupe national

Le Groupe national joue un rôle central de coordination de l’ensemble de ces démarches. Il est important de mutualiser les travaux et les axes de recherche. Chaque piste d’amélioration envisagée par une structure doit pouvoir bénéficier à l’ensemble des utilisateurs de DVF. Le Groupe national DVF veille ainsi à ce que les pistes d’amélioration menées par les utilisateurs soient cohérentes et harmonisées dans le cadre d’une stratégie nationale visant à faciliter toujours plus l’exploitation des données DVF tout en maintenant un référentiel commun. Le Groupe national s’assure ainsi que les travaux ne soient pas dédoublés mais au contraire mutualisés.